Conférence du 9 février 2012

Publié le

Front de gaucheConférence de presse du Front de Gauche

Introduction 

 

Le Front de Gauche initié en 2009 lors des élections européennes n’a cessé depuis, de grandir en influence et à s’élargir. De trois organisations fondatrices,  cinq autres formations ont rejoint ce rassemblement original à gauche, pour les élections présidentielle et législatives.

Ce chemin politique nouveau, qui ouvre une perspective, l’ espoir d’un autre avenir, a toute sa crédibilité. Car depuis 2008, il y a une prise de conscience sur les responsabilités du capitalisme dans la crise. Une prise de conscience sur le gâchis des richesses que provoque le système capitaliste ultra financiarisé. 

 

Les militants du Front de Gauche sont en campagne depuis son lancement en septembre à la fête de l’Humanité avec  notre candidat commun, J. Luc  Mélenchon.

Aujourd’hui, c’est la mise à feu du troisième étage de la fusée : il y a eu l’élaboration et la diffusion du programme ( près de 600 exemplaires vendus dans le département par les militants), le lancement de la présidentielle et les assemblées citoyennes, maintenant les législatives.

Depuis début janvier nous sentons qu’il se passe quelque chose dans le pays, 6 000 à Nantes,  10 000 à Villeurbanne avant-hier, 8 000 à Montpellier hier soir, notre candidat fait salle comble partout où il passe mais les médias ne le savent pas. Il se passe quelque chose de très profond dans la gauche et autour du Front de Gauche. Il y a de l’écho dans la population sur nos propositions et la candidature de J. Luc Mélenchon.

 

Parce que notre campagne est citoyenne, collective, inventive et que notre stratégie de rassemblement vise à faire bouger toute la gauche, c'est-à-dire changer le rapport des forces au sein de la gauche, avec l’ambition  d’une victoire pour notre peuple.

Mais nous voulons mettre au cœur du débat politique de ces élections, qu’il ne s’agit pas simplement de changer le locataire de l’Elysée mais plus profondément de créer les conditions d’une majorité politique nouvelle.

 

Nous voulons une campagne  de contenus qui ne se réduise pas à une bataille de personne, d’ailleurs l’accord  politique avec nos partenaires, dit bien que nous voulons mener une campagne collective qui exprime l’ambition du Front de Gauche, qui dépasse et subvertisse les risques de présidentialisation.

Si des gens nous rejoignent, regardent  du côté du Front de Gauche, c’est parce qu’ils voient cette dynamique collective. Dynamique qui a permis de nous imposer au plan national, au point que, désormais, il n’y a plus que deux candidatures à gauche qui comptent dansle paysage, celle de F. Hollande et celle du Front de Gauche.

 

Avec notre programme «  L’Humain d’abord » le Front de Gauche est en phase avec les attentes et les aspirations d’un très grand nombre de nos concitoyens. Nous allons renforcer le travail de proximité, ancrer la bataille dans les territoires et rassembler des forces nouvelles.

Nous faisons des discussions avec les salariés des entreprises, les syndialistes, un axe structurant de notre campagne, qui met en avant les questions de l’emploi, de la réindustrialisation, des droits des salariés.

 

La régression sociale, l’austérité ne font pas partie de notre programme. C’est la raison pour laquelle il faut reprendre la main sur la finance, taxer les spéculateurs, créer un pôle public financier, renationaliser...

Nous reviendrons sur tout ce que la droite a détricoté : la retraite à 60 ans, le droit du travail, la protection sociale...Et le CDI doit devenir la norme, à commencer par la titularisation de tous les précaires dans la fonction publique.

Nous sommes la gauche des  luttes sociales, des 35 heures, du Smic à 1700 €, du contrôle des fonds publics par les citoyens, des droits nouveaux pour les salariés.

Nous soutenons la mobilisation syndicale du 29 février contre les nouveaux mauvais coups que N. Sarkozy veut imposer aux salariés et aux familles. C’est décidément l’hyper-austérité jusqu’au bout de son mandat.

 

Les entreprises et les quartiers populaires seront notre objectif premier afin de rassembler pour battre la droite et l’extrême-droite .

Notre credo : place à l’intervention populaire, au débat  citoyen, avec le double objectif : rassemblement de la gauche et exigence de contenus transformateurs.

Un travail de terrain qui permet le débat en direct avec la population, par  exemple dans les cages d’escaliers, au porte à porte...

Plusieurs assemblées citoyennes ont déjà eu lieu à Mulhouse, qui ont réuni à ce jour environ 120 personnes. Ce sont des lieux de débats et de prises d’initiatives ou chacun-e a sa place, et nous ne demandons à personne de prendre sa carte dans l’un ou l’autre Parti. Il faut donner le pouvoir au peuple.

 

La réussite d’une nouvelle expérience de gauche passe par la constitution d’une majorité politique à l’Assemblée Nationale pour mettre en œuvre une politique de gauche, qui comptera en son sein un groupe de député du Front de Gauche renforcé. D’où l’importance de mener de front la double campagne présidentielle et législatives.

Nous aurons ainsi douze candidats (titulaires et suppléants) en campagne simultanée avec notre candidats à la présidentielle J. Luc Mélenchon.

 

La désignation des candidatures Front de Gauche dans notre département  s’est faite sur la base de l’accord national, avec des titulaires du PCF ou présentés par celui-ci et des suppléants-es du Parti de Gauche, des syndicalistes et acteurs associatifs.

 

Aline Parmentier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article